La nutrition thérapeutique chez le nouveau-né

La nutrition thérapeutique chez le nouveau-né

11 décembre 2017
|

Nourrir un bébé qui vient tout juste de naître est un geste naturel et instinctif. Mais parfois, le nourrir au sein ou au biberon est impossible ou insuffisant, et cela peut être vécu de façon très douloureuse par les parents. Il est donc important de bien comprendre quels sont les enjeux relatifs à la nutrition thérapeutique du nouveau-né.

Pour quelles raisons un nouveau-né peut-il avoir besoin d’une assistance nutritionnelle ?

Les bébés qui ont besoin d’une assistance nutritionnelle dès la naissance sont pour la plupart des nourrissons de petit poids en raison d’une naissance prématurée ou d’un retard de croissance intra-utérin. Pour ces nouveau-nés, téter peut être impossible s’ils n’ont pas encore acquis le réflexe de succion ou si leur tube digestif n’est pas encore fonctionnel. Les nouveau-nés présentant une pathologie grave telle qu’une malformation congénitale peuvent parfois ne pas être alimentés dès la naissance.

La nutrition entérale du nourrisson

La nutrition entérale consiste, comme chez l’adulte, à nourrir le bébé à l’aide d’une sonde, qui va directement dans son estomac. La nutrition entérale a été parfois appelée « gavage » mais ce terme n’est plus utilisé.

Que reçoit le bébé prématuré ?

Les bébés prématurés sont préférentiellement nourris avec le lait de leur mère qui aura été préalablement tiré avec un tire-lait puis éventuellement enrichi pour répondre au mieux à leurs besoins nutritionnels. Il est souvent pasteurisé afin de limiter une éventuelle contamination bactérienne. Si la mère n’a pas suffisamment de lait, le nouveau-né prématuré peut recevoir du lait de lactarium issu de dons de lait.

Enfin, il existe des formules de lait artificiel pour enfants de faible poids de naissance qui sont adaptées aux besoins très spécifiques des prématurés.

La sonde gastrique

Une sonde naso-gastrique ou oro-gastrique est posée afin de pouvoir délivrer du lait directement dans l’estomac. Cette sonde, très souple et de faible diamètre, passe par la narine ou la bouche, et descend le long de l’œsophage jusque dans l’estomac. Au moment de la pose, le bébé peut ressentir une sensation désagréable, mais une fois installée, la sonde n’est pas douloureuse. Elle est maintenue à l’aile du nez ou à la lèvre supérieure à l’aide d’un sparadrap afin qu’elle ne soit pas arrachée par un mouvement intentionnel, ou pas, du nourrisson. Si cela arrive, ce n’est pas grave, la sonde peut replacer facilement.

La nutrition parentérale du nourrisson

Si la nutrition entérale est impossible ou si la nutrition ne peut être apportée à une quantité suffisante, le bébé recevra une nutrition parentérale, c’est-à-dire qu’il recevra tous les nutriments nécessaires à sa santé et à sa croissance directement par voie intraveineuse.

Que reçoit le bébé ?

Dans ce cas, le bébé ne reçoit évidemment pas de lait, mais un mélange de nutriments très spécifique et adapté à ses besoins. Tous les nutriments sont habituellement mélangés dans la même poche avant d’être administrés.

 Comment sont délivrés ces nutriments ?

 Ces nutriments sont délivrés par voie intraveineuse à l’aide d’un cathéter posé dans une veine. Au tout début de la vie, durant les premiers jours, il est possible d’utiliser les veines ombilicales. Passé ce délai, la nutrition parentérale est délivrée grâce à un cathéter posé sur une veine du bras ou de la jambe mais dont l’extrémité est proche du cœur.

Quels sont les bénéfices et les risques de la nutrition thérapeutique chez le nouveau-né ?

La nutrition entérale et/ou parentérale souvent administrée ensemble sont nécessaires au nourrisson prématuré afin qu’il reçoive les nutriments dont il a impérativement besoin pour poursuivre sa santé, sa croissance et le développement de son cerveau. Cette nutrition est prescrite par des médecins pédiatres spécifiquement formés et qui connaissent les besoins spécifiques des nouveau-nés. Elle est administrée par les infirmières des services de néonatologie.

La nutrition entérale et la nutrition parentérale comporte chacune des risques spécifiques mais dont la fréquence est rare. Les bébés nourris de cette manière sont très étroitement surveillés afin de dépister et prévenir les complications.

L’introduction de la nutrition thérapeutique en néonatalogie a transformé le pronostic des nouveau-nés prématurés. Elle permet d’optimiser leur croissance et de favoriser leur développement à court, moyen et long terme. Elle est toujours la plus courte possible et une alimentation orale, au sein ou au biberon, est favorisée dès que l’état de santé du nourrisson le permet.